Des fois, je me demande

comment on annonce à son conjoint qu'on veut divorcer. Enfin, pas des fois... En ce moment, je me le demande tous les jours...

J'essaie de me représenter la scène...

Pressée avant de partir travailler : Au fait chéri, j'ai demandé le divorce. A ce soir.

Au téléphone : Oui, tu passes chercher les enfants à l'école ? N'oublies pas de prendre le courrier. Il y a ma demande de divorce dedans.

Grave : Ecoute, il faut que je te dise quelque chose. J'ai appelé ta mère et je lui ai dit que je voulais divorcer.

Lâche : Maman, tu vas bien ? Dis, tu voudrais pas dire à mon mari que je veux divorcer.

Mitsoukeste : Les histoires d'amour finissent mal, en général (et en particulier aussi si tu vois ce que je veux dire)...

Voie détournée : Tu sais, Valérie, elle a demandé le divorce. Ben oui... Et elle part au ski aussi à la fin de la semaine. Pourquoi je te dis ça ? Parce que je voulais faire pareil.

Chantonnante : Je ne t'aime plus, mon amour, je ne t'aime plus, tous les jours

Pendant le dîner : Tu veux une entrée ? Tu prendras un avocat

Zozottante : séri, ze veux divorzer

Racinienne : Ô Dieux qui ,de votre olympe, me regardez,
Ne pensez-vous pas que je doive me séparer ?
Et demander en pleurant à mon auguste époux
de vouloir en ce jour quitter ce foyer si doux ?
(je ne suis pas un as de l'alexandrin, c'est le moins que l'on puisse dire, mais, bon, en même temps, si j'étais Racine, ça se saurait déjà)

Et vous ? Vous feriez comment ? (absurde bienvenu, j'ai plus besoin de faire mon Figaro que de vrais conseils vu que l'expérience des autres, c'est comme le peigne sur le crane d'un chauve...)

Commentaires

1. Le dimanche 17 février 2008, 13:25 par Minium

Amnésique : Oui ? Bonjour monsieur. C'est pour un colis ?
- Mon mari ? Ah non docteur, puisque je vous assure que j'ai toujours été contre le mariage !

2. Le dimanche 17 février 2008, 13:41 par Laurelin

Suggestive : Tiens, la machine à laver est en panne, tu veux pas retourner laver ton linge chez ta mère ?

3. Le dimanche 17 février 2008, 14:17 par Seashell

J'ai pas d'idée mais si quelqu'un t'en donne une bonne, passe à ta voisine-sine

4. Le dimanche 17 février 2008, 14:21 par Leeloolene

(j'aime bien le titre initial de ton billet ;-) )

à la franky : Divoz' sé sel medikaman ou ni...

5. Le dimanche 17 février 2008, 14:22 par Leeloolene

(nou ni d'ailleurs...) oups ! mais ça collait moins à la chanson...

6. Le dimanche 17 février 2008, 14:31 par Leeloolene

Je la refais !

A la franky : Divoz' sé sél medikaman nou ni...

7. Le dimanche 17 février 2008, 14:33 par Johann

A l'ancienne : tu offres un bouquet de chardons.

8. Le dimanche 17 février 2008, 14:42 par Clopine Trouillefou

à la chafouine.

Prendre un amant. S'arranger pour que cela se voit...

(j'ai testé : efficace, sisisi)

9. Le dimanche 17 février 2008, 15:32 par Laurelin

Offrir des solutions : Une corde, des médicaments, ou les papiers à signer

10. Le dimanche 17 février 2008, 15:55 par gilda

Méfie-toi simplement que ça ne me fasse pas comme à moi (mais j'étais la seule personne que l'incohérence et l'égoïsme du bonhomme avaient mise en danger et ce dernier n'était pas physique à moins de somatiser) : le temps que je me demande, deux ou trois catastrophes nous sont tombées sur la tête, on s'est une fois de plus serré les coudes devant l'adversité et par après la question n'était plus d'actualité (mais elle y reviendra peut-être si un jour j'attrape l'amour ou le Goncourt, à moins qu'entre temps je ne retrouve ma meilleure amie, qui s'est écartée en partie à cause du sale état où ce premier vacillement m'avait mise).

Il existe un petit bouquin qu'on trouvait l'an passé en librairie et qui énumérait "Les mille façons de te quitter" ou quelque chose de ce genre. Peut-être que tu y trouverai au moins de quoi rire.

Pour le peigne et le chauve, tu as raison, alors je m'abstiendrai. Ta solution "prends le courrier" m'a bien fait rire.

11. Le dimanche 17 février 2008, 16:06 par gilda

PS : Pour les Alexandrins en s'y mettant à plusieurs on va peut-être arriver à quelque chose. Allez hop :

Ô Dieux cléments et fous qui d'Olympe regardez,
Ne pensez-vous donc pas qu'il me faille séparer
Et demander fissa à mon auguste époux
De vouloir bien cesser d'exciter mon courroux
Et de quitter céant ces lieux qui furent si doux
Mais qu'il a de lui-même peu à peu désertés
Ou par son ire vengeresse nos rires heureux chassés.

Si quelqu'un veut bien prendre la relève et au moins trouver mieux pour le dernier qui ne colle pas, à une bande de blogueurs on fera bien un Racine.

12. Le dimanche 17 février 2008, 17:59 par Droop

Subtile : tu as vu de quoi parlait le dernier post de Racontars ?

13. Le dimanche 17 février 2008, 18:21 par Traou

Je me vois mal donner des conseils en ce domaine : je n'ai déjà pas trouvé comment on se marie ! (ma "préférée"; c'est "un avocat en entrée")
Des bises

14. Le dimanche 17 février 2008, 18:28 par Thomas

Mais d'où il a lui-même par son ire vengeresse
Chassé la quiétude (marquer l'hiatus) des moments de tendresse

Le petit bouquin dont parle Gilda, est-ce que ne serait pas « Comment lui dire adieu », de Cécile Slanka, une manière d'exercices de style ? Je tâcherai de penser à te l'apporter au prochain ParisCarnet, si tu veux.

15. Le dimanche 17 février 2008, 21:21 par luciole

organisée : Tu as besoin de vacances, je t'ai pris un billet aller simple

Bordélique : Dis tu ne saurais pas où j'ai mis les papiers du divorce ?

Farceuse : Tu sais quoi ? on re-demémnage ! Enfin surtout toi !

Cynique : Ta mère est mourante, il faut que tu ailles la voir ... Nan, je ne peux pas t'accompagner j'ai plein de chose à faire pour le divorce.

Mauvaise foi : Mais bien sur que je t'ai déjà dit que je demandais le divorce, seulement voilà tu n'écoute jamais !

Direct : Dégage ...

Raisonable : Dégage merci ...

Racine :
J'en appelle aux témoins qui par tes mains laissées
sur la peau des enfants m'ont appris tous tes crimes
Cette infamie que je ne puis plus supporter
De nous trois à la fois tu as perdu l'estime
Part, laisse nous en paix, ailleurs porte tes coups
Sur toi même s'il le faut retourne ta colère
Mais sur nos petites filles n'abat plus ton courroux
Si tu souhaites un jour redevenir leur père
Et non plus ce tyran, qui dans l'effroi nous plonge
De nos larmes versées apprend, comprend et songe
Que de choix tu n'a plus, que celui de céder
nos serments ont été par tes coups profanés
Je ne te retiens pas, sauve toi de ces lieux
Rien ne peux désormais me détourner les yeux
Quitte nous aujourd'hui pour qu'un peu de respect
Permette à chacun de retrouver la paix

16. Le dimanche 17 février 2008, 21:37 par Oxygène

Derrière Luciole, il ne me reste plus qu'à me taire , respectueusement. 8-)

17. Le dimanche 17 février 2008, 22:23 par akynou

Vous avez tous beaucoup d'imagination et vous m'avez bien fait rire.



Seashell : je ne t'oublierai pas si je trouve LA bonne façon :-)

Gilda : je crois que, vu les circonstances, la tuile qui nous tomberait dessus devra être énaurme pour sauver la situation vu que c'est un peu : "divorce ou on place les enfants..."

Luce : j'adore la mauvaise foi :-) Mais tu es une racinienne accomplie.



Aujourd'hui, j'ai eu ma belle-mère au téléphone. Je l'ai mise au courant des derniers soubresauts de l'histoire (sauf celle du divorce, je péfère encore qu'il l'apprenne par moi). Elle ne comprenait pas bien. Le tribunal, la menace de placer les enfants... C'était trop. Elle a fini par l'âcher : "Mais enfin, un père a bien le droit de corriger ses enfants..." Eh bien non, Mamie. Non. C'est interdit par la loi, et je me tue à le lui dire depuis des années...

Elle a, me dit-elle, prévenu son fils que plus les enfants grandiraient, plus ce serait difficile pour lui, parce qu'il faudrait qu'il fasse face à leurs connaissances. A leur maîtrise du français... Alors, du coup, c'est moi qui n'ai pas su l'aider, qui n'ai pas su lui permettre de se réaliser, de prendre des cours de français par exemple... Mais enfin, mamie, je le lui ai dit des milliers de fois qu'il devait apprendre le français, aller à l'école, trouver du boulot. Il n'a rien fait de tout cela. Qu'est-ce que je peux faire de plus. J'ai épousé un homme, pas un enfant. J'ai assez de mes trois mômes. S'il n'est pas capable de comprendre, que puis-je faire de plus.

MAis je crois qu'elle a compris, malgré tout, où était le nœud du problème. Le Nôm est trop fier pour se laisser dominer par ses enfants, ne serait-ce qu'au niveau du langage, mais il n'a rien fait pour que cela n'arrive pas. Nous savions toutes les deux dès le début que cela pouvait arriver. Je l'ai dit dans un documentaire auquel nous avons participé après la naissance de Garance. Mais nous ne pouvions rien y faire, car c'est la seule chose qui, en réalité, ne dépendait que de lui.

18. Le dimanche 17 février 2008, 23:52 par Gilsoub

Méthode Loto:
-Chéri, prépare tes valises, j'ai gagné au loto...
-Où on va?
-A ben toi je sais pas...

Inconvénient, il faut gagner au loto rl-)

19. Le lundi 18 février 2008, 00:07 par akynou

Gilsoub : MDR, mais il y a déjà un joueur dans la famille et ce n'est pas moi ;-)

20. Le lundi 18 février 2008, 02:12 par thierry

Je n'arrive pas à prendre avec légèreté une telle situation,tellement est pour moi profondément incompréhensible le mystère d'un couple qui se défait.Par ailleurs,cette affaire est rarement sans douleur ni souffrance .

21. Le lundi 18 février 2008, 11:35 par andrem

J'irais bien critiquer tous les vers de Luciole,
mais peut-on critiquer Racine et ses paroles?

Bon, je rejoins Thierry, il me serait difficile d'humouristiquer sur ta situation qui me désole. J'admire cette force qui te permet, Akynou, dans l'adversité, de montrer ce visage écrit de blogue souriant. Je pense à toi souvent et à tes filles, à ce moment que vous traversez et qui dure, forcément il dure, peut-être même qu'il doit durer, des semaines, des mois, pas trop d'années quand même, mais grummbleu que c'est interminable.

Comment construire là-dessus, s'inventer des stratégies, et trouver les mots? Par ta demande amusée et amusante, je crois deviner que tu nous demandes surtout qu'on pense assez fort à toi pour que tu puisses avancer sans notre aide.

Enfin bon, je ne peux le dire autrement que par cet oxymore. Et vif.

22. Le lundi 18 février 2008, 12:45 par akynou

Thierry, c'est tellement vrai ce que vous écrivez. C'est incompréhensible également pour moi, qui suit toujours attachée à mon mari et pas uniquement par les liens du mariage. Et ce n'est pas sans douleur ni sans souffrance.

Mais je ne peux pas pleurer tous les jours, tout le temps, continuellement. D'abord pour nos enfants, ensuite pour moi. Le rire n'est pas forcément léger. Il peut être aussi la marque du désespoir. Une sorte de politesse désespérée. Faire rire avant que de n'avoir à en pleurer, comme le disait si bien Figaro...

Pour le reste, Andrem l'a bien compris.

23. Le lundi 18 février 2008, 13:41 par sophie

Je ne sais pas quoi te dire non plus, vivement que le trait soit tiré.

24. Le lundi 18 février 2008, 18:24 par luciole

Ah au fait dans ma tirade il y a en effet un vers signé de Racine mais lequel ? alors on joue un peu pour passer le temps ;-)

25. Le mardi 19 février 2008, 13:48 par Fauvette

Oui tu as raison il faut rire, pour ne pas (ou presque plus) en pleurer...
Je pense bien à toi, à vous.
(Tu me surprends à chercher du soutien auprès de ta belle-mère, en général elles prennent toujours la défense de leur fiston...)

26. Le mardi 19 février 2008, 16:45 par Clopine Trouillefou

"Je ne te retiens pas, sauve-toi de ces lieux "? Ca sentirait pas mal son Racine, ça...

Clopine

27. Le mardi 19 février 2008, 17:44 par luciole

Clopine : Gagné, c'est Hermione qui dit cela à Pyrhus dans Andromaque bien sur ;-)

28. Le mardi 19 février 2008, 18:44 par andrem

On dit pas Andromaque, Luciole, non mais.
.

On dit andremaque.

Quoi, les chevilles?

Je suis partout chez moi, chez les autres zaussi,
Je sème la pagaïe, la lie, la zizanie.

Si c'est pas du racine, caisse?

Pardon, Akynou, un peu HS.

Eh Oui, d'ailleurs, pour mon malheur, Hachaisse suis, viv'ment la nuit.

29. Le mercredi 20 février 2008, 18:04 par antagonisme

Marrant, j'avais l'impression d'avoir laissé un comm? En tout cas, courage. Ton histoire est lourde, mais tu t'en sortiras.

30. Le mercredi 20 février 2008, 22:34 par akynou

Ta remarque sur Andromaque, Andrem, m'a fait me souvenir d'une remarque de mon père, pas vraiment fraîche, sur Telemaque... PAs du meilleur goût :-)

31. Le mercredi 20 février 2008, 23:06 par akynou

Fauvette : je ne demande pas vraiment le soutien à ma belle-mère. Je l'informe de la situation. Ce n'est pas la même chose. JE la sais honnête femme et elle aime ses petits enfants. Elle m'aime bien aussi, mais quand même, c'est son fils et si elle ne prenait pas sa défense, quelque part, elle me décevrait :-)

32. Le jeudi 6 mars 2008, 17:53 par anita-qui ne vient pas assez souvent

Orthographique: flûte, je me souviens plus si Divorce s'écrit un C ou un un S?
Mystique: dis chéri, tu crois qu'il y a une vie après le mariage?

La réponse à la dernière est oui, bien sûr. Des bises, plein, pour toi et tes petites.