Gestation

Le fait est
- que je ne me balade plus beaucoup dans la blogosphère
- que je n'écris pas beaucoup, ni sur mon cahier ni sur mon blog
- que je réponds assez peu aux mails que l'on m'envoie
- que je donne peu de mes nouvelles
- que je ne milite plus guère ou à mon corps défendant. Et que ça m'inquiète. Voir passer les posts, les textes, les manifs et être incapable d'y participer, voire de les anticiper me navre. En quoi suis-je utile ?

Je ne suis pas en panne. J'ai juste besoin de temps.

Des fois je me sens très seule. D'autres, très entourée.
Des fois je voudrais parler, parler, parler... Et puis d'autres, ne rien dire.
Je n'ai pas envie de raconter.
Je n'ai pas envie qu'on prenne partie.
Je n'ai pas envie qu'on me pousse.
Je n'ai pas envie qu'on me jette la pierre.
Je n'ai pas besoin de médecin accoucheur.
J'ai juste besoin qu'on m'écoute, qu'on me comprenne. Qu'on me dise : "Tu sais, ça ne se fait pas en un jour".
J'ai besoin de patience.

J'ai des hauts et j'ai des bas. Des colères, des fatigues, des espoirs aussi.
Enfanter se fait dans la douleur et pour ce genre d'accouchement, il n'y a point de péridurale. Ça durera le temps que ça durera.
Mais peut-on accoucher de la mort. La mort d'un amour, la mort d'une histoire ?
En attendant, il faut bien vivre.

Je remercie tous ceux qui me laissent des petits mots câlins, ici ou en mail, ou même par courrier postal. Ce sont des petits moments de bonheur, du miel, du soleil. Le morceau de sucre qui aide la potion à passer...


Le petit monde de Vana Xenou

Commentaires

1. Le lundi 11 février 2008, 20:22 par Laurelin

Comme tu le dis si bien, les choses ne se font pas en un rien de temps. Tu passes une période pas marrante, qui peut durer longtemps, et même après avoir résolu les problèmes les uns après les autres, on se sent encore "vidé". Tes problèmes te demandent de l'énergie et de l'endurance. Le militantisme aussi. Mais l'avantage, c'est que des militants, ils sont plusieurs pour un problème (même si parfois ça ne suffit pas). Et toi, tu es toute seule sur ton problème. Je crois que pour le coup, tu n'as pas à te mortifier à ne pas réussir à tout mener de front.
Allez, courage, quel que soit le moment que tu passes, on pense à toi.

chocopapouilles ;-)

2. Le lundi 11 février 2008, 21:46 par Gilsoub

iI y a des moments où l'on a besoin de faire un break pour mieux se retrouver. Courage pour la suite, et repasse quand tu veux ;-)

3. Le lundi 11 février 2008, 22:06 par luciole

Je suis très mauvaise en patience, tu as remarqué ? sourire ... N'empêche, ne pouvant rien faire à ta place, je reste à la mienne, celle de soeur écoutante en cas de besoin, de tata gateau inconditionelle. Je vous aime très fort ! Gros bisous !

4. Le lundi 11 février 2008, 22:06 par Mavie

Je fréquente ce blog de puis peu alors je me permets juste de te souhaiter bon courage. ;-)
(ça n'a rien à voir mais je suis fascinée par la bannière aléatoire et les jolies photos dessus... :-) )

5. Le lundi 11 février 2008, 22:27 par andrem

Bonsoir Akynou.

J'ai dit à Luciole, dont tu as probablement déjà entendu parler je crois, de te traîner au théâtre de gré ou de force pas loin de chez toi, même pas besoin de sortir de la butte.

Tout le plaisir sera pour toi, et si tu n'y vas pas, ce sera pour une bonne raison que je n'ai aucune raison de raisonner. Alors souffle et fays ce que veux, espèce de thélème.

Tu permets? je t'embrasse, Aliénor qui n'a jamais entendu parler de toi aussi. Un jour elle le fera.

6. Le lundi 11 février 2008, 23:18 par Otir

Accoucher de la mort ? même si je comprends ce que tu veux dire, je ne peux que frémir à avoir lu cela. Pour avoir vécu une expérience de l'ordre de celle dont tu parles, je m'autorise à laisser ce commentaire. J'ai vécu cette sidération que tu décris et certainement qu'il s'agit d'une des phases de transformation, qui existe dans tout changement, aussi traumatique qu'il soit.

Et oui, ça ne se fait pas en un jour. Cela se fait même parfois avec de terriblement nombreux allers-retours entre diverses phases, avec l'impression qu'on a régressé, et que ça n'en finira donc jamais.

Mais j'espère de tout coeur que tu n'es pas seule, et ce que tu as écrit en donne quand même l'heureuse garantie. De tout coeur avec toi, Akynou.

7. Le lundi 11 février 2008, 23:48 par Fauvette

Tu as raison de ne pas te disperser, de garder ton énergie pour avancer à ton rythme.
Je pense souvent à toi, à vous, et j'ai confiance. Tu sauras.
Je t'embrasse.

8. Le mardi 12 février 2008, 11:11 par Anne

"Il faut laisser du temps au temps", qu'il disait, tonton...

En tout cas je suis sûre que tu fais au mieux de ce que tu peux, à ta cadence. C'est un chemin difficile, et j'espère que s'il ne se fait pas en un jour, tu retrouveras au bout du compte ta belle joie de vivre et le plaisir de commencer quelque chose de nouveau. Même si aujourd'hui ça te paraît complètement extra-terrestre.

Je t'embrasse.

9. Le mardi 12 février 2008, 12:56 par Nab

Juste parce que des fois, c'est important de savoir s'arrêter 2 minutes pour un petit message, je vous dis "Courage". Vous êtes une femme forte et de coeur et je suis sûre que comme tout, vous traverserez cette épreuve. Par contre, si l'on sait le temps nécessaire pour une jambe cassée, on le sait beaucoup moins pour un coeur en morceaux, surtout quand il y a tant d'implications autour.... alors en attendant, je suis de tout coeur avec vous (même si ça vous fait une belle jambe ,-) et restez parmi nous, j'aime trop vous lire! Et ça fait @!öä£&%* que la vie soit si mal faite des fois ;-(

10. Le mardi 12 février 2008, 13:05 par Moukmouk

Les mots de Nab décrivent bien ce que je veux dire, une femme de coeur, une femme forte, cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas des moments très lourds, cela veut juste dire que je suis absolument persuadé que non seulement tu passeras à travers, mais que tu en ressortira encore plus heureuse, mais il faut du temps....

11. Le mardi 12 février 2008, 22:50 par claramar

mon silence à moi dure depuis plusieurs mois et ma plume est toujours sèche...même si depuis le soleil rebrille, même si le temps est doux...il faut laisser aux blessures le temps qui est le leur, il faut s'accorder les larmes, l'absence, le retour vers soi...il faut garder la certitude qu'il y a en nous des forces dont nous n'avions pas soupçonné l'existence, et que même dans l'asphalte on trouve de jolies petites fleurs qui pointent leur nez.
je pense bien fort à toi, bisous
c.

12. Le mercredi 13 février 2008, 01:06 par sophie

Une bise de l'autre océan..

13. Le mercredi 13 février 2008, 23:45 par PMB

Allez hop, un autre morceau de sucre (roux ? moi j'aime) dans la potion !

14. Le jeudi 14 février 2008, 03:04 par Minium

Elles sont toutes belles (gnia gnia gnia 8-) mais le mouvement du plongeon de la 2 est quand même bien magique !

15. Le jeudi 14 février 2008, 03:06 par Minium

Rha non ! Minium elle a mis le commentaire au mauvais endroit y-)

16. Le jeudi 14 février 2008, 12:07 par Clopine Trouillefou

Alors, un bisou, donc. Si jamais le pays de Bray, ses ânes, ses herbes vertes, vertes, mais alors vertes, si tu savais, ses poules, ses petits chemins creux et sa Clopine pouvaient avec profit t'accueillir, ce serait avec la plus grande des cordialités...

Clo

17. Le jeudi 14 février 2008, 12:07 par Clopine Trouillefou

Alors, un bisou, donc. Si jamais le pays de Bray, ses ânes, ses herbes vertes, vertes, mais alors vertes, si tu savais, ses poules, ses petits chemins creux et sa Clopine pouvaient avec profit t'accueillir, ce serait avec la plus grande des cordialités...

Clo

18. Le jeudi 14 février 2008, 12:07 par Clopine Trouillefou

Alors, un bisou, donc. Si jamais le pays de Bray, ses ânes, ses herbes vertes, vertes, mais alors vertes, si tu savais, ses poules, ses petits chemins creux et sa Clopine pouvaient avec profit t'accueillir, ce serait avec la plus grande des cordialités...

Clo

19. Le jeudi 14 février 2008, 14:13 par Marloute

rl-)
Je rajoute mon petit mot au concert d'encouragements.
Oui, il faut du temps mais je dirais aussi "uand il est temps, il est temps.
Tu le sais en toi-même, quelque chose a basculé, quelque chose s'st est enclenché.
Tu as l'impression d'être perdue, alors que tu es en train de te retrouver. Ces retrouvailles avec toi, avec ce que tu veux construire, comme famille, comme avenir, te font peut être un peu peur. Mais fais toi confiance, écoute toi encore plus qu'avant, et tu verras que tu sais déjà ce que tu dois faire. N'oublies pas tes principes, tes idées, et avance! Le Nôm suivra ou non, c'est sa décision.

20. Le vendredi 15 février 2008, 18:37 par alixire

Prends le temps qu'il te faut pour sortir de l'orage. Tu verras, le soleil revient toujours...
Je t'embrasse et même de loin, pense bien à toi.
C'est quand la visite de Lou dans mon coin?
Bisous