Sans domicile fixe

Je ne sais même plus quand nous avons quitté notre maison. Fin mars il me semble, puisque c'était juste avant que l'association de travailleurs sociaux qui nous suit ne rende son rapport. et celui-ci devait être bouclé pour le 1er avril.

Nous sommes parti, dans le métro, et ce fut historique, pour rejoindre l'atelier d'une première amie. Séjour compliqué, mais au moins avions-nous un toit sur la tête. Une semaine. C'était déjà le bout du monde.

Puis nous avons emménagé dans le petit appartement familial d'une autre amie. Nous avons refait les sacs, nous les avons transbahuté une nouvelle fois. Et ce fut formidable. Vraiment, nous étions bien dans notre nid d'aigle.

Est venu le temps des vacances. Nous avons tout rangé, essayé de ne rien laissé trainer. Et nous avons pris la route. Cette fois pour une maison dans un village corse. Et c'était merveilleux. J'ai même réussi à dormir toute seule dans mon lit, sans enfant, ce qui ne m'étais pas arrivée depuis... Par contre, les filles ont continué de dormir ensemble. Elles se tiennent chaud

Quinze jours après, rebelote, mais pour rentrer. Nous avons rejoint nos pénates au sixième étage. Et puis comme toutes les bonnes choses ont une fin, nous devons rendre l'appartement ce week-end. Pour cause réelle et sérieuse, je vous rassure. Et qui n'a rien à voir avec nous. Une nécessité impérieuse de la propriétaire. On ne nous fout pas à la porte. :-)

Alors nous avons refait les sacs et les valises. Une autre amie nous a prêtée sa voiture, et nous avons pu déménager tout. Mais quelle journée. Je me suis levée à 9 heures pour commencer à tout ranger. La mission, ne rien oublier, ne rien laisser traîner. Puis à 14 heures, j'ai emmené Garance et Léone à un anniversaire du côté de la Nation. On m'y a prêté une voiture. Retour à l'appartement, pour finir les valises et les sacs et les descendre du 6e étage. J'étais en nage. Lou, qui a été formidable parce qu'elle s'est tout tapé avec moi est tombé dans l'escalier avec le carton de victuailles. Heureusement, elle ne s'est pas fait mal.

Puis nous sommes parties rejoindre une troisième amie qui va nous héberger pendant un certain nombre de jours. - Combien ? me demande-t-elle Je n'en sais rien. Je n'ai aucune nouvelle du tribunal. Et comme le Nôm ne me donne qu'une partie de mon courrier, je ne sais pas si c'est parce que nous ne sommes pas convoqués ou si c'est parce qu'il a piqué la convocation (il a aussi descendu, ou vendu, ou donné, les cinq ou six bouteilles de cognac grand cru que j'avais reçu de mon travail ainsi que la moitié de la cave, mais c'est une autre histoire). Il a gardé par devers lui la déclaration de revenus. Là, je soupçonne son avocat de le lui avoir demandé pour avoir la notification exacte de mes revenus...

Enfin… En suite, j'ai envahi le couloir de ma copine de sacs, de valises, etc. et je l'ai laissée en plan, parce qu'il fallait que je ramène la voiture avant 18 heures. Il était 17h45... Ça ne laissait pas beaucoup de temps pour traverser Paris.

Evidemment, sinon, cela n'aurait pas été drôle, il y eut des embouteillages. Un accident semble-t-il a passablement ralenti la circulation du côté de la gare de l'Est... Je suis donc arrivée en retard chez la propriétaire de la voiture. mais elle ne m'en a pas tenu rigueur. Je lui ai rendu son véhicule, j'ai récupéré mes clés. Nous avons essuyé la tempête. Heureusement pas complètement car nous avons trouvé abri dans le métro.

Demain, nous faisons le grand ménage de l'appartement que nous quittons, puis nous prenons les derniers sacs et nous allons chez mon autre copine.

Nous allons tenter une expérience : vivre en communauté chez une autre famille. On va être un peu les uns sur les autres. MAis à la guerre comme à la guerre. Et pendant ce temps là, le Nôm vit confortablement dans notre quatre pièces, sans se poser la moindre question. Je lui ai laissé un message sur son portable. Il ne m'a pas rappelé. Il ne prend même pas des nouvelles des filles. Il les reçoit quand je les lui amène. Je ne lui amène pas, c'est pareil. Dimanche dernier, avec la chaleur qu'il faisait, je lui ai proposé d'aller à la piscine avec les filles, elles adorent jouer avec lui dans l'eau, j'ai suffisemment de photos de moment pareils. Ben non, ça le faisait chier. A la piscine à Paris il faut mettre un bonnet de bain, alors non. Voilà, le bonner de bain avant ses enfants...

J'en ai marre. Je veux mon appartement, je veux retrouver mon lit, mon ordi, mes disques, ma télé, mes habits, mes chaussures, mon imper. Ne pas à me faire des plannings monstrueux pour récupérer un cahier, un livre, un bordel quelconque dont les filles ont besoin pour aller le chercher dans mon appartement. J'en ai marre de traîner mes valise. De ne pas savoir de quoi demain sera fait. Je veux être chez moi !

Commentaires

1. Le dimanche 18 mai 2008, 02:12 par Oxygène

Normalement, ta convocation au tribunal devrait arriver en recommandé, non ? Je connais l'attente de ce courrier, c'est pénible. Heureusement, ta Lou est remarquable.

2. Le dimanche 18 mai 2008, 08:40 par luciole

Oui, y'en a marre !!!! C'est pas l'envie qui manque de le foutre dehors, on viendrai en nombre, on jetterai ses affaires par la fenêtre et tu ferais changer les serrures !
Et puis on lui dirai que si il continu à faire ch... On lui pète sa gueule !

Ah si j'étais un homme grand et fort ... Je le ferai réfléchir à deux fois avant de se comporter comme il fait ...

As tu réussi à joindre ton avocate ?

3. Le dimanche 18 mai 2008, 11:16 par janu

C'est marrant, j'ai pensé comme Luciole. On doit bien être plus que lui. On peut venir une vingtaine et faire un sit-in, une occupation pacifique de l'appartement jusqu'à ce qu'il en ait marre (non, je rêve, on ne peut pas, aucune chance ?)... y-) C'est quand même pas dieu possible qu'il ne connaisse personne pour l'héberger, un tout seul ça prend moins de place (mais c'est qu'il ne veut pas, j'imagine).

Il y a quelques décennies, on lui aurait envoyer un prêtre pour le raisonner...

4. Le dimanche 18 mai 2008, 13:28 par a n g e l

mais y'a vraiment rien que tu puisses faire pour déloger ton ex de l'appartement et qu'il aille se loger ailleurs?

c'est hallucinant qu'il soit tout seul dans un grand appart, et toi avec tes princesses entrain de squatter à droite à gauche, ptin ça me tue hein v-)

5. Le dimanche 18 mai 2008, 15:43 par Laurelin

Pas sympa le gars, j'espère que son attitude fait pencher la justice en ta faveur. D'ailleurs, quand est-ce que tu as le compte-rendu de l'audience ?
Quelles sont les nouvelles de ce côté là ?

6. Le dimanche 18 mai 2008, 16:13 par Leeloolene

Espérons que la justice permette que tu regagnes très vite ton chez toi et que les filles réintègrent leur chambre ! Car je sais qu'il est totalement illusoire de croire que le Nôm cédera sur ça maintenant... Sa fierté est en jeu... et elle est visiblement bien plus importante que le bien être de ses filles depuis bien longtemps. Enfin... Ne remuons pas le couteau dans la plaie !

Je trouve qu'il y a une belle image à garder de votre nid au sixième. Comme les mamans oiseaux, tu y as protégé tes petites, elle s'y sont renforcées, elles y ont remis des plumes et maintenant... hop on saute du nid et on prend de l'élan pour s'envoler toutes les quatre avec plein de force pour reprendre un cours bientôt normal de votre vie. L'été approche... les grandes vacances... les colonies... C'est en tout cas l'image que j'aimerai voir s'appliquer à votre chemin que tu t'appliques à rendre le moins sinueux possible !

Et puis hein... parfois les mamans oiseaux ramènent leurs bébés oiseaux dans leur nid pour quelque temps pour à nouveau prendre des forces et pour leur redonner un peu la becquée !! On va y penser au besoin :-)

7. Le dimanche 18 mai 2008, 18:10 par ada

Vous êtes très courageuses. Je suis sincèrement désolée de n'avoir des pièces disponibles. Tenez bon vous avez l'essentiel.

8. Le dimanche 18 mai 2008, 18:52 par akynou

Nous sommes à l'abri pour une dizaine de jour, voire une quinzaine. Ensuite, il nous faudra trouver autre chose. J'avoue être bien lasse.
MErci à tous en tout cas pour vos mots (et votrte aide). Quand tout sera fini, je pourrai me souvenir de toute l'amitié et la solidarité rencontrée.

Laurelin, aucune nouvelle pour le moment du côté de la justice.

Luciole ; oas réussi à joindre qui que ce soit la semaine passée. Je t'appelle

9. Le dimanche 18 mai 2008, 19:11 par samantdi

Des pensées, c'est ce la seule chose que je puisse vous envoyer... comme les autres, je suis assez étonnée que ce soit une mère et ses trois filles qui doivent se déplacer alors que le père reste au logis... Drôle de conception des choses...

10. Le dimanche 18 mai 2008, 21:54 par gilda

Tu as eu beau faire l'effort de m'expliquer les tenants et les aboutissants de votre situation administrativo-juridique, j'avoue que plus ça va moins je comprends.
C'est tellement et si totalement ABSURDE.

Ce qui est terrible aussi c'est de se rendre compte que la personne qu'on a aimée n'était pas celle qu'on croyait ou bien qu'elle a changé si fort qu'elle est (moralement) méconnaissable à un point qui dépasse l'entendement.
Comment faire confiance à qui que ce soit après ça ?

Sinon, j'ai beau me creuser les méninges et le carnet d'adresses, je ne connais plus personne pas trop loin de Paris (ou dans Paris même) d'assez grandement logé pour héberger 4 personnes même si deux sont de petits formats. Personne non plus qui s'absente ces temps-ci.

11. Le lundi 19 mai 2008, 22:47 par flo

Les violences et les actes qui contreviennent aux obligations entre époux (de type résilier l'EDF par exemple), mieux vaut ne pas. Mais pour le courrier, tu peux le faire garder à La Poste ou créer une boîte postale, ou encore le faire réexpédier à l'adresse d'une personne que tu connais.

En ce qui concerne l'occupation de l'appartement, tu y es légalement toujours chez toi. Donc si tu as envie d'y inviter 10 potes pendant un mois, c'est ton droit le plus strict... si tu as envie de résilier FT (ou autre opérateur tél., ou le câble ou un triple play par exemple), ce n'est pas interdit non plus (comme toute prestation de confort, non "vitale")... ni de faire limiter les fournitures électriques, ou de faire régler le ballon d'eau chaude au minimum... réduction des dépenses auxquelles ta situation financière t'aura conduite, évidemment.

Tu peux aussi voir avec ton avocate comment protéger tes avoirs bancaires (la marge de manoeuvre dépend de ton régime matrimonial et de l'organisation des comptes courants et des placements --mais il y a des trucs auxquels il faut songer qq soit le RM : si par exemple tu l'a mis comme bénéficiaire sur un plan d'Assurance Vie, change vite ça avant qu'un ami lui souffle l'idée d'envoyer lettre d'acceptation ; ou bien si tu lui as fait procuration sur des placements ou un CC à ton nom, révoque-les).

si tu n'as pas fait faire d'état des lieux avant de partir, fais-le (photos à l'appui) : toute atteinte au patrimoine commun sera ainsi comptabilisé ; en cas de déprédations de sa part dans le logement, ce n'est pas inutile non plus.

S'il t'empêche accès aux originaux de documents administratifs (impôts, factures...) ou en fait rétention, ou ne t'informe pas de leur réception, il commet une faute grave. N'hésite pas à envoyer un recommandé prenant acte des faits et fais-toi expédier (réexpédition, garde ou BP) personnellement ces documents ; tu n'oublieras pas de mentionner dans ton courrier que tu tiens ces documents consultables devant témoin (son avocat) et des copies à sa disposition --ainsi tu ne commets pas de faute.

Il semble avoir cessé de vous suivre, tant mieux. Mais si cela se reproduit, zou, appel au 17 : ils ne se déplaceront probablement pas (ou alors une heure après), mais c'est un élément de plus.

12. Le lundi 19 mai 2008, 23:15 par akynou

Merci Flo pour toutes ces idées.
Les comptes, je me suis désolidarisée du compte joint. LE téléphone, je vais le faire réduire, c'est juste le manque de temps.

pour l'appartement, les photos sont prises. Par contre, je n'avais pas photographié les bouteilles... Tant pis, ça, à la limite je m'en fous...

Je vais le relancer pour les impôts, et je ferai la lettre avec AR.
En te lisant, je me suis dit : eh oui, il va bien faloir la mener cette guerre. pour l'instant, je suis sur la fuite et la défense. Mais il faut que j'organise mon dossier pour passer à l'attaque. Et défendre les intérêts des enfants.