J'ai l'impression qu'on se trompe de cible

Je lis et j'entends ça et là qu'Ingrid Betancourt en ferait trop. Les Français en auraient marre. On la voit trop, elle est aprtout, c'est pas clair son truc, elle est en trop bonne santé.

Je n'ose imaginer ce qu'il en aurait été si elle avait été récupérée mourante pour agonir, devant les caméras du monde entier. Nous n'aurions pas fini d'en bouffer. Il me semble que nous préférons les héros morts, ou mourants, ou souffrants. Et que le visage rayonnant d'Ingrid Betancourt nous dérange.

Personnellement, je suis contente de la voir comme ça. Elle fait plaisir à regarder. Elle donne un message d'espoir à tous ceux qui ont encore des parents dans la jungle. Oui, on peut s'en sortir, et s'en sortir bien, pas trop atteint. Et puis après six ans et demi passés dans la jungle, on a bien le droit de profiter des ors de la République quand ceux-ci vous sont si aimablement offerts. C'est pas du vol.

Je me demande si, ce qui gêne, ce n'est pas le contenant plutôt que le contenu. Après la libération d'Ingrid, pendant au moins deux jours, nous avons assisté à un bal médiatique étonnant. Peu de réelles informations, voir pas du tout. Et beaucoup, beaucoup d'émotion. Comme si le rôle des médias était de nous faire participer à une grand messe plutôt que de nous donner les faits et de nous les expliquer. Comme s'il fallait nous faire communiquer dans l'émotion et non plus décrypter la réalité de notre monde. A partir de là, la faillite (elle n'est pas récente mais elle est de plus en plus importante) de notre presse ne peut que laisser place à la désinformation la plus dangereuse et les insinuations les plus odieuses : La Betancourt n'a pas pu être prisonnière aussi longtemps et être autant en forme, par exemple…

La presse ne réfléchit plus, elle minaude. Elle communie dans l'événement. Elle applaudit, elle lynche, et nous suivons, parfois, sans trop nous poser de questions. Et moi comme les autres. Alors, dans le désordre, nous nous posons des questions sur la santé d'Ingrid, nous méprisons Ségolène Royal, nous sommes persuadés que des associations telles la Cimade et Resf sont dirigées par des gauchistes et donc peu fiables dans leur propos (en tout cas moins que les responsables du ministère d'Hortefeux et les médias à sa botte), nous trouvons le disque de Carla très bon, ou très mauvais, mais on ne le juge pas pour ce qu'il est (ce qui est aussi de sa faute à elle), nous n'avons pas de mots assez durs pour le PS, ce parti de bons à rien qui ne pense qu'à leurs places (ce qui est sans doute vrai pour certains, mais aussi pour d'autres ailleurs, à l'UMP par exemple). Bref tout une série de lieux très communs que les chroniqueurs se contentent de nous lâcher avec toute la condescendance dont ils sont capables (et elle semble infinie), sans rien étayer.

Alors, la cible de notre lassitude, est-ce Ingrid Betancourt et ce barnum médiatique qui fait très peu honneur au métier de journaliste ?

Commentaires

1. Le vendredi 11 juillet 2008, 13:53 par caro

je suis ravie de voir le visage plein d'énergie d'ingrid betancourt de partout. et puis je dis aussi qu'une petite chronique enervée sur ton blog, ça faisait longtemps. et c'est bon signe ça madame, c'est bon signe... allez bises :-)***

2. Le vendredi 11 juillet 2008, 13:58 par Fauvette

Après 6 ans dans la jungle, on peut publier des articles tous les jours sur elle, et l'entendre, la voir, partout, sans que cela me dérange.
Moi je n'aurais pas tenu 6 jours enchaînée dans la jungle, je suis très heureuse de la savoir vivante et libre.

Je suis comme toi cela m'agace ces attaques, contre tout et les journalistes, on peut se défouler autrement... Ce snobisme m'agace, m'agace...

3. Le vendredi 11 juillet 2008, 14:11 par samantdi

Pareil ! Et je suis bien contente de retrouver tes chroniques sur la vie du monde, ça, c'est bon signe, comme dit caro !

:-)
4. Le vendredi 11 juillet 2008, 15:02 par Saperli

oui, tu as raison, ils nous désinforment sans arrêt et nous gâchent nos plaisirs !!!

5. Le vendredi 11 juillet 2008, 19:27 par Madeleine

Juste un bémol concernant le côté "mystique" d'Ingrid Betancourt mais je lui concède des circonstances atténuantes !

6. Le vendredi 11 juillet 2008, 20:57 par jeanpadupe

Continue comme ça dans ton boulot de demain.

7. Le samedi 12 juillet 2008, 09:20 par andrem

Comme l'écrit si justement Samantha-Dei, ton billet en dit plus sur toi que sur Ingrid, et ce sont de bonnes nouvelles qu'il apporte. Sur Ingrid Bétancourt aussi d'ailleurs. Ce n'est d'ailleurs pas le premier billet révélateur, mais les précédents n'étaient que prémisses.

Je me suis permis de commettre un billet dont à laquelle Ingrid, et j'en fais l'autopub ici même. Tu aurais raison de ne pas aimer le procédé, de m'effacer et de me le dire. Mais nous sommes bien à l'unisson sur le sujet et mon billet est comme une réponse anticipée au tien, voilà pourquoi tu peux cliquer sur andrem.

8. Le samedi 12 juillet 2008, 11:53 par Valérie de Haute Savoie

J'ai été très choquée par les multiples réflexions concernant son visage pas assez émacié, trop souriant, manquant de marque de souffrance. Les doutes émis sur sa réelle séquestration. Alors, te lire ma fait du bien :-)

9. Le samedi 12 juillet 2008, 15:43 par sophie

je crois que c'est agoniser pas agonir, c'est vrai qu'elle est trop calme et trop digne ! je n'ose imaginer ce qu'ils nous auraient publié en cas contraire. On devrait interdire les commentaires d'images, ceux de sa liberation par pujadas étaient dramatiquement ineptes.

10. Le samedi 12 juillet 2008, 18:41 par akynou

Agoniser, bien sûr Sophie :-)

11. Le samedi 12 juillet 2008, 21:27 par gilda

Contente de te lire sur de tels sujets (Match, Ingrid Bétancourt ...) et c'est le principal.

Sinon j'ai quand même un petit peu envie de rappeler que le bal médiatique, si la personne libérée ne peut s'y soustraire en pareil cas, d'autant qu'elle doit, qu'elle le veuille ou non remercier ceux dont elle peut supposer (à tort ou à raison) qu'ils ont contribué à sa libération, est tout à fait limitable du moins en terme d'apparitions publiques :

- les images de la libération ;
- une conférence de presse ;
- un jité du midi et un du soir ; sur deux chaînes différentes si possible ;
- éventuellement une émission et une seule dédiée aux différents intervenants, avec tables rondes pour expliquer ce qui peut l'être et moments de remerciement pour les intervenants anonymes, ceux qui ont fait des dons d'argents ou de temps ...
- en option : profiter du temps de parole dont on dispose pour faire entendre une cause peu médiatisée ou oubliée.

On peut aussi ne pas écrire un livre sur ce qu'on a vécu et, si la détention n'a pas été longue au point de rendre cette option impossible (c'est hélas sans doute le cas (détention trop longue) pour Ingrid Bétancourt, 6 ans après, l'en-cours à reprendre c'est un peu foutu en plus qu'elle ne doit pas trop avoir envie de retourner prendre les mêmes risques et qu'on ne la laisserait pas y aller) reprendre sans tarder le travail qu'on faisait.

Et puis prendre soin, ensuite de se faire oublier du moins en tant qu'otage si ce n'est dans les cas où cet étrange statut permet d'aider les suivants (à leur libération, à leur réacclimatation).

D'accord avec toi sur la presse qui minaude (mais pas d'accord pour suivre ;-) ).
Cela dit, dans un tel cas, il y a beaucoup d'éléments qui relèvent du secret "diplomatique" je crois. Il faudrait donc que la presse, la télé etc. apprennent à se taire quand ils n'ont rien à fournir de réellement informatif.

Et puis cette même perplexité face aux réactions qui voudraient que la dame soit, comment ?, en loques ? sur un brancard ? hystérique comme une quelconque gagnante d'un jeu-à-la-con-où-l'on-gagne-des-millions ? Curieux monde où l'on reproche aux gens, s'ils le sont, de se montrer dignes et décents.
Ne pas non plus attendre d'une personne qui fut séquestrée même en plein air qu'à peine sortie de sa "prison" elle puisse faire de fines analyses sur l'état du monde ou du pays. Qu'en sait-elle ? Que lui a-t-on fait croire ou dit ?

12. Le lundi 14 juillet 2008, 14:04 par Laurent

Ce n'est pas la libération d'Ingrid Bettancourt qui pose problème.
Ça, c'est plutôt une bonne chose. Même si je ne la connais pas personnellement. Ce qui fait que je ne sais pas ce qu'elle vaut.
Le problème vient plutôt du fait qu'on a profiter du fait que la presse soit occupée avec la libération d'Ingrid pour emprisonner soixante millions de français dans un état policier. Voir ce décret publier durant la libération d'Ingrid.
C'est comme ça que ça se passe de plus en plus: on cache une information importante derrière une autre.