Identité

Par principe, nous sommes favorables au débat. A sa liberté, à sa pluralité, à son utilité. C’est pourquoi nous refusons le « grand débat sur l’identité nationale » organisé par le pouvoir : parce qu’il n’est ni libre, ni pluraliste, ni utile.


Il n’est pas libre car c’est le gouvernement qui le met en scène, qui pose les questions et qui contrôle les réponses. Il n’est pas pluraliste car sa formulation réduit d’emblée notre diversité nationale à une identité unique. Il n’est pas utile car cette manœuvre de diversion est une machine de division entre les Français et de stigmatisation envers les étrangers. (…)

La suite est sur Médiapart, c’est une pétition. J’ai été la 2327e à signer. C’est comme un soulagement tellement ce pseudo débat me mettait mal à l’aise.

Commentaires

1. Le jeudi 3 décembre 2009, 11:46 par Bladsurb

4105.
Le premier résultat Google sur "identités collectives" donne une étude belge sur comment les identités collectives peuvent se renforcer les unes les autres.
Comment être ceci ET cela à la fois, sans hiérarchie, et être d'autant plus ceci qu'on est aussi cela, et enrichir ces différentes identités les unes par les autres, voilà qui aurait pu être intéressant, et voilà ce que ne pourra jamais être ce débat, qui n'acceptera que les oppositions, être ceci plutôt qu'être cela, être plutôt ceci avant d'être cela;
(lundi soir sur FranceMusique, Jacques Schwarz-Bart expliquait qu'il était à la fois complètement créole et complètement juif, et complètement d'autres choses aussi. Je l'aurais bien vu dans les signataires !)

2. Le jeudi 3 décembre 2009, 12:32 par PASDUPE

J'ai signé en parfait accord avec moi-même car cette identité ne peut être qu'universelle.

3. Le jeudi 3 décembre 2009, 12:55 par julio

Le matin je vais cherchez mon pain a partir de demain je mettrai un Béret basque sa me donnera une allure plus vieux espagnol, je ressemblerai plus a mes grands pères !

4. Le jeudi 3 décembre 2009, 13:07 par akynou

Bladsurb : je vais aller voir de texte belge. Ça m'a l'air passionnant. Pour Schwatz Bart, cela ne m'étonne pas. Les Antillais sont bien plus en avance que nous sur ce principe. Il n'y a qu'à lire l'Eloge de la créolité, de Confiant, Chamoiseau et Barnabé. C'est qu'ils sont tellement multiples : européens, africains, amérindiens, indiens, chinois, américains… Et en même temps tellement eux-mêmes.

5. Le jeudi 3 décembre 2009, 20:40 par samantdi

8059 ème : ça avance ! Je signe des deux mains. Merci d'avoir fait passer l'info.

6. Le vendredi 4 décembre 2009, 00:36 par andrem

J'ai donné mon avis dans le blogue d'OTIR, sur débat ou non-débat, sur le piège tendu par les sinistres ministres, sur les relents de ventre fécond, dont on comprend bien qu'ils n'ont pas fini de pondre leurs ordures.

C'est comme le rire. On peut rire de tout, mais tout dépend avec qui. Et réfléchir à ce que signifie pour chacun de nous "être français" peut être un exercice intéressant, dès lors que cette réflexion se conduit entre gens de bonne compagnie et assez divers pour constater que nous aurons de multiples réponses, qui ne seront pas antagonistes, mais qui vont se mélanger les unes aux autres pour en faire une sorte de tas informe et mouvant, pour qu'au bout du compte ce tas devienne en effet cette identité particulière, associée à beaucoup d'autres, cette identitré particulière n'ayant aucune vocation à dominer les autres, homme ou femme, de telle religion ou non religion, jeune ou vieux, marin montagnard citadin paysan, et tout ce que vous voudrez, y compris salarié depuis trente ans de la même entreprise ou membre depuis six mois du même club d'escrime ou de marche à pied.

Dans la foule d'identités qui nous constitue, l'identité française en est une ni meilleure ni pire, association étrange d'un territoire et d'une langue, fruit d'une histoire lointaine, gros tas informe en perpétuel tâtonnement, projet collectif plus que situation transcendentale.

Nous nous fabriquons l'identité française que nous pouvons, et si elle devient trop nauséabonde, à nous de foncer dans le tas pour changer la forme et les odeurs, où de fuir à Berlin ou à Tamanrasset.

A nous aussi de refuser de nous lancer dans la pente savonneuse complaisamment présentée sous nos yeux, et qui relève d'une propagande téléguidée bien plus que d'un projet commun.

Alors je vais signer.

7. Le vendredi 4 décembre 2009, 17:30 par Satsuki

13796e. Ça avance ! Mais c'est encore bien trop peu.

8. Le vendredi 4 décembre 2009, 19:22 par Oxygène

C'est fait ! Je fais circuler.

9. Le samedi 5 décembre 2009, 22:51 par Moukmouk

La question de l'identité oui se pose... mais ni l'identité raciale, ni l'identité nationale...