Racontars

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bocaux et casseroles

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 29 octobre 2011

Des citrons confits

Cela faisait longtemps que je n’en avais pas préparé. Mais j’ai ramené de nombreux citrons de chez ma tante. Elle les fait pousser dans son jardin sans engrais ni pesticide. Et puis j’ai ramené aussi de la bonne huile d’olive. Alors autant en profiter.

Il faut bien laver et essuyer les citrons. Ils ne sont pas tous bios. Et même quand ils le sont, on ne sait pas où ils ont trainé. Donc on lave soigneusement parce qu’on garde la peau.

Préparation des citrons confits

On les coupe en rondelles épaisses, on retire les pépins, on dépose les rondelles dans un saladier (ou une passoire) et on saupoudre de sel (fin ou gros, suivant ce que vous avez). On couvre le saladier d’un torchon propre. Il faut les laisser dégorger une demi journée. 

Préparation des citrons confits

On essuie à nouveau avec un tissu propre et on range les rondelles dans un bocal. On ajoute une gousse d’ail épluchée, un bâton de cannelle, de la coriandre fraîche. Mais on peut également varier les plaisirs. Je n’avait pas de coriandre, je l’ai remplacée par du thym et de la cardamome. On peut aussi mettre des clous de girofle. On fait suivant ce que l’on a sous la main et ses goûts. 
Une fois le mélange prêt, il faut couvrir d’huile d’olive et bien fermer le bocal.
Attendre minimum cinq jours pour consommer. Une fois le pot ouvert, les citrons se conservent très bien au réfrigérateur, à condition
 d’être toujours couverts d’huile d’olive.

Confit de citrons
Ces citrons confits s’utilisent dans un grand nombre de recette : tajine de poulet aux olives et au citron par exemple, que je vais cuisiner ce week-end pour ma sœur et son mari.
recette inspirée du livre Trésors du Sud, l’olivier, les olives et l’huile d’olive, de Martine Calais, éditions du chêne

mercredi 24 août 2011

Jeu des confitures


confiture de poires

Il s’agit de trouver quels ingrédients on participé à la confection de cette confiture. Ils sont au nombre de cinq.
Le premier qui trouve gagne un pot. J’ai goûté, vous pouvez vous battre ;-)


Repost. Claramar a trouvé faut dire qu’elle était le seule à jouer vraiment. Mais cela m’arrange car comme je vais la voir début septembre, je pourrai lui remettre son trophée :-)

La recette, toute simple.

C’est une recette pour femme occupée qui n’a pas que ça à faire non plus.

Ingrédients : poire, sucre pour confiture, anis étoilée, vanille et eau

J’ai pris les poires de mon jardin. Elles tombent beaucoup mais ne sont pas encore assez mures. Elles n’ont donc pas beaucoup de goût. Il ne fallait pas trop les brusquer.

J’épluche les poires, je les coupe en morceaux pas trop gros et je les dispose dans un saladier, (on peut utiliser une jatte, un Tuperware, bref, ce qu’on a de disponible). J’ajoute la moitié su sucre utilisé pour la confiture. En général, quand j’ai 1 kilo de fruit, je mets 800 grammes de sucre. Là, comme les poires n’étaient pas sucrées, j’ai mis un peu plus de sucre. J’utilise surtout du sucre de canne à confiture. C’est meilleur que le sucre blanc.

Je laisse mariner au réfrigérateur un temps indéterminé. Parce que des fois j’ai prévu de cuire les confitures le lendemain, et un imprévu se présente. Alors je ne peux pas faire les confitures. Je laisse donc mariner un jour, deux jours, parfois trois. C’est bien de faire des confitures, mais je ne suis pas retraitée et il faut bien vivre.

Bref, quand j’ai un moment, je stérilise les pots. En fait, je me contente de les mettre dans le lave-vaisselle programme long. Entre la température de lavage et celle de séchage, on peut considérer que ça stérilise. Je mets à cuire la confiture. Le nec plus ultra, c’est la bassine de confiture en cuivre. Que je n’ai pas. Donc j’utilise un faitout à fond épais, cuisson pas trop forte. Dans le faitout, j’ai ajouté, en plus du contenu de la marinade un peu d’eau (très peu, c’est pour aider à la cuisson du fruit, que le sucre ne prenne pas tout de suite), de la vanille (en sirop mais en gousse, c’est bien aussi à condition d’ouvrir la gousse en deux d’un coup de couteau) et un ingrédient que l’on aperçoit sur cette photo et c’est pour cela que je l’avais masquée.



Je porte à ébullition, j’écume, et ensuite je laisse cuire à feu moyen pendant un temps indéterminé. Les morceaux de la poire pas trop mure sont en général plutôt dur. Il faut donc être sûr que la cuisson soit suffisamment longue pour que le fruit soit bien cuit et très tendre. Il faut écumer régulièrement. En fin de cuisson, quand la confiture commence à prendre, comme mes filles n’aiment pas trop les morceaux dans la confiture, j’ai passé un coup de mixer. Mais il reste des morceaux tout de même, parce que moi, j’aime bien. Ils ont confit et c’est délicieux. On peut bien sûr faire la même recette avec des fruits murs. Il n’y aura aucun besoin de mettre de l’eau et la cuisson sera sans doute plus rapide.

je vérifie régulièrement où en est la prise de la confiture. Pour cela, je verse une goutte sur un assiette froide et propre. Déjà, on voit comment la confiture file de la cuillère à l’assiette. Et puis si quand on penche cette dernière, la goutte ne bouge pas, il est temps de mettre en pot.  Je remplis donc les pots choisis, je les ferme avec énergie et je les renverse. Au bout de vingt-quatre heures, la confiture est solidifiée (si tout s’est bien passé) et prête à consommer.

La prochaine édition, les ingrédients seront sans doute plus difficiles à trouver. Mais je sens que le gagnant va se régaler. J’ai commencé la réalisation. :-)

mercredi 12 mai 2010

Le trid


[[akynou]]

Temps de préparation 1 heure,
pour 4 à 5 personnes
500g de semoule fine,
500 g de farine,
1 cuillerée à café rase de sel,
eau, huile

Tamiser la semoule et la farine dans un grand plateau. Faire un puits et verser un demi-verre d’eau, mélanger le tout. travailler énergiquement la pâte en l’aspergeant de temps en temps d’eau jusqu’à ce qu’elle devienne assez molle, mis toujours élastique. Recouvrir d’une serviette et laisser reposer.
Huiler ses paumes pour que la pâte glisse facilement. Former des boules de la grosseur d’un œuf en roulant la pâte entre ses mains. Mettre un plat huilé à feu doux, déposer une boule de pâte dessus,l’étirer délicatement dans tous les sens du bout des doigts jusqu’à obtenir une galette très fine. L’asperger d’huile. L’étirer à nouveau.
Laisser cuire 30 seconde sans laisser sécher pour que la feuille reste molle. Poser la feuille pliée dans un plat. Répéter l’opération jusqu’à épuisement des boules de pâtes.
Ces voiles de pâtes peuvent être consommés avec de la confiture ou du miel. Mais on les utilise aussi pour des plats salés, comme sur la photo.
Par exemple, avec des morceaux de viande revenus avec des oignons, de l’ail, des épices (ras el hanout), des carottes, et du concentré de tomates. On y ajoute des raisons secs et des œufs durs. on sert la préparation au centre du plat où les feuilles de trid ont été déposées.
Pour déguster, il suffit de se servir des feuilles de trid pour attraper l’accompagnement.
C’est une tuerie ! :-)

mardi 29 janvier 2008

Le jeu des confitures (le retour)

       Beaucoup de posts pour gagner cette délicieuse confiture. Maintenant, je vais vous narrer sa recette.


Lire la suite »

Générateur AscreeN