Cela dit, tout le service où je travaille n'est pas de la même veine et le reste de la rédaction est plutôt gentil avec moi. Je reçois chaque jour des marques de soutien et de solidarité qui m'étonnent et en même temps me soulagent et me font plaisir. Je trouve cela émouvant.

Côté syndical, on ne peut pas dire que tout aille pour le mieux. Le succès rend jaloux. Il y a deux délégués, l'un mène la guerre à l'autre sans se douter que l'autre ne sera sans doute plus là bientôt et qu'il a de toute façon bien d'autres chats à fouetter. C'est terrible le frustration.

Un jour, j'ai rencontré des Chiliens réfugiés en France et qui vivaient dans la région de Chateaudun. L'un deux était un vieil universitaire militant communiste de la première heure. un sacré bonhomme. Il gardait précieusement l'unique exemplaire de son œuvre majeure. Un livre passionnant. Je me souviens l'avoir photocopié en entier. Ça s'appelait El Hombre Mediocre. Un seuil de Peter sudaméricain en quelque sorte. Je ne sais pas si je l'ai gardé, mais je suis sûre que sa (re) lecture me permettrait une analyse sociologique pertinente de certains...

La journée de vendredi a donc été une très longue journée de boulot très émaillée d'incidents mineurs dans lesquels j'essayais de ne pas me noyer. C'est que j'avais du vrai boulot à faire. Sans oublier quelques trucs perso : factures, bagage, organisation, nid…

Je ne voudrais certes pas avoir l'air de me plaindre, mais pourquoi est-ce toujours quand ma coupe est pleine qu'on cherche constamment à la remplir ?

Et puis je suis partie et, tout de suite, ça a été beaucoup mieux. Il y a des portes dont le passage vous fait un bien fou. Mieux que l'aspirine, la sortie. Je me souviens de ce type qui achetait systématiquement des chaussures trop petites. Mais pourquoi ? lui demandait-on. – Parce que lorsque je les enlève, ça me fait du bien…

Les petites avaient été recueillies par un charmant babby sitter. Tout le monde était à la maison. Mon mari n'avait pas pointé le bout de son nez à la sortie de l'école, d'ailleurs pas depuis le début de la semaine. Depuis sa violente colère du lundi de la semaine précédente face aux travailleurs sociaux, c'est comme s'il avait abandonné. Dimanche dernier, quand nous sommes arrivées pour déjeuner avec lui comme c'était convenu, il avait l'air surpris de nous voir et n'avait rien préparé.

Je reste cela dit sur mes gardes. Et j'apprécierais assez que tant qu'à faire d'abandonner quelque chose, ce soit l'appartement.