Vous avez tous vu cette pub à la télé.

Moi aussi. Une bonne dizaine de fois. Mais c’est ce soir qu’elle m’a fait pouffer.

Le propos est de comparer le client, vous, moi, à des fleurs. Et l’abeille personnalise la banque, ou l’argent – là, le message n’est pas très clair, mais après tout, l’annonceur doit considérer que c’est la même chose. C’est bien connu que les fleurs entretiennent des rapports particuliers avec les abeilles. Elles sont leur terrain de jeux, la banque, pardon l’abeille, fait son miel, et donc sa richesse, de sa fréquentation assidue des belles plantes et fait donc tout pour bien s’entendre avec elles.

Qu’il est mignon ce spot avec sa joli petite musique engageante et joyeuse… Et en ces temps de crise, qu’est-ce que c’est rassurant… Jusqu’à l’image finale. Quelle fleur l’auteur* de spot a-t-il choisi pour personnaliser ses clients ? Mais si, on en voit tout un bouquet au début, puis deux à la fin. Quand le slogan affirme qu’on peu vivre sa banque comme on le veut, comme on l’aime…

Comme on l’aime surtout.

Des arums… les fleurs. Et les arums, vous savez, ce sont des plantes carnivores, qui bouffent les insectes.

Alors, le spot censé rassurer tous ces amateurs de jardins que nous sommes (la dernière toquade des Français paraît-il), il devient là franchement inquiétant.
Comment l’aimez-vous, votre banque ?
A point !


(*) Comme quoi, un peu de culture générale, parfois, ça peut servir… Même dans la pub
.