Rencontre

J’avais donné rendez-vous à Valérie dans un bar chic de la rue des Abbesses. Elle apprécie  cet endroit au confort bourgeois revendiqué et qui se situe pas très loin de son bureau. Avantage non négligeable quand on sait que Valérie travaille comme une damnée et est, du coup, régulièrement en retard à ses rendez-vous. Y compris avec moi. Mais je suis philosophe.

D’ailleurs, elle venait de m’appeler pour me dire qu’elle ne pourrait me rejoindre avant une bonne demi-heure, à cause de Jean-Denis qui avait oublié de mettre les visuels pour la prochaine campagne dans les bonnes chemises et elle devait tout vérifier pour le lendemain.
– Cela ne t’embête pas chéri, m’avait-elle sussuré à l’oreille.
– Non, mon amour, absolument pas. Mais ne tarde pas trop tout de même…

Elle eut un rire de gorge qui me promit qu’elle saurait se faire pardonner. Je raccrochais, restait un instant songeur avant de commander un picpoul de pinay. J’aime assez ce petit blanc sec et frais quand il fait chaud et un peu lourd, comme ce jour-là. J’allais sortir un livre quand mon regard tomba sur une femme assise quasi en face de moi. Elle avait une cinquantaine d’année, peut-être un peu moins. Rousse, un peu ronde, elle tournait lentement le doigt autour de son verre, l’air ailleurs. Puis elle redressa la tête, sourit avec ravissement, se leva et fit mine de serrer la main de quelqu’un. Il n’y avait pourtant personne. Elle se rassit et commença son monologue d’une voix joyeuse.

– Bonjour, vous êtes Frédéric, n’est-ce pas ? Vous ressemblez beaucoup à votre photo.
– Agréablement j’espère.
– Plus jeune, vraiment ?…
– Sans doute…, vous savez,  j’ai tellement peur de ne pas plaire que je donne en fait une photo de maman dans la soixantaine. il parait que nous nous ressemblons beaucoup. Si les hommes veulent malgré tout me rencontrer, j’espère leur faire une agréable surprise. Dix ans de moins, c’est un beau cadeau du temps.

Entre chacune de ses phrases, elle laissait un blanc, semblait écouter une réponse avec attention et repartait de plus belle. Toujours attentive à l’autre, qui n’existait pas, toujours souriante. Soudain, elle éclata d’un rire gai et léger, qui cascadait, sans même se rendre compte qu’en dehors de son interlocuteur invisible, tout le monde la regardait.

– Mon Dieu, quel taquin vous faites, affirma-t-elle en reprenant son souffle. Elle replaça une mèche qui lui tombait dans l’œil, lissa ses cheveux d’une main distraite, toujours absorbée par la conversation de l’autre, qu’elle relançait de temps à autre par des petits mots : ha oui ?… Mon Dieu !… Je ne vous crois pas… D’accord… je comprends… et alors ?…

Au bout d’un quart d’heure de ce manège, elle finit par dire
– Dîner ? Oui, bonne idée, je meurs de faim. Vous connaissez un restaurant dans le quartier ? … Sinon, il y a une petite brasserie juste à côté, on y mange très bien et pour des prix tout à fait convenables… Très bien, faisons ainsi.

Elle se leva alors, défroissant sa jupe du plat de la main et se retournant pour attraper son manteau. Puis elle regarda sa montre et se rassit. Elle ouvrit son sac, en sortit un poudrier et un rouge à lèvres, retoucha son maquillage. Puis elle rangea le tout et murmura : « Ça devrait aller. »

A ce moment, un homme grand et élégant se présenta à elle. Elle sourit avec ravissement, se leva et lui serra la main. Elle se rassit et entama la conversation d’une voix joyeuse.

– Vous êtes Frédéric, n’est-ce pas ? Vous ressemblez beaucoup à votre photo.
– Et vous Mathilde, vous ne lui ressemblez pas vraiment… Je suis surpris…
– Agréablement j’espère.
– Vous êtes tellement plus jeune que sur votre phot…
– Plus jeune, vraiment ?…
– Ne vous méprenez pas, ce n’est pas une critique, bien au contraire.
– Sans doute…, vous savez, j’ai tellement peur de ne pas plaire que je donne en fait une photo de maman dans la soixantaine. Si les hommes veulent malgré tout me rencontrer, j’espère leur faire une agréable surprise. Dix ans de moins, c’est un beau cadeau du temps.

Elle enchaînait les phrases les unes après les autres exactement telles qu’elle les avait répétées, je le comprenais maintenant. Mais comment avait-elle su ? Comment avait-elle pu anticiper ainsi ? Par quelle miracle ? J’en était estomaqué.

Au bout d’un quart d’heure, elle se leva avec son compagnon, lissa sa jupe du plat de la main et se retourna pour prendre son manteau. Puis elle sortit, ne laissant derrière elle que son verre de martini vide, une rondelle d’orange et des noyaux d’olive sur une coupelle…

Ceci est ma participation au Diptyque 5.3, l’histoire de la photo de Bladsurb

Commentaires

1. Le mardi 25 mai 2010, 07:00 par julio

Toute sa vie elle na apprit qu’a métrisée cet instant, le premier rendez-vous ! Pare la suite sais exigence sont tellement grande qu’elle détruit la rencontre. Et pourtant a l’agence matrimonial elle avait bien précisé le profile de sont idéal d’homme ! J’ai toujours était surprit pars sais personnes qui cherche un partenaire avec des critères particuliers comme si l’amour pouvais être classé ou limitait a ça ! Hier ma voisine une vieille dame de plus de 80 ans veuve, me disais que sont mari était de la ville, et un jour il est arrivé avec un bouquin de jardinage, et il ma dit toi tu t’occupe des fleurs et moi du potager, y a jamais rien qui a pousser, il a vite arrêtait le jardinage.

2. Le mardi 25 mai 2010, 08:58 par Anne

J'ai adoré ! Quelle drôle, mais aussi sombre, alternative au billet de Traou sur les rencontres M****c !!!

3. Le mardi 25 mai 2010, 09:07 par Anna

J'aime beaucoup ! Ton personnage me fait penser à une voyante dans un bouquin de Pratchett.

4. Le mardi 25 mai 2010, 09:11 par Lyjazz

Superbe idée !
Quelle famille de comédiennes !
En fait j'imagine bien ma tante (79 ans) tenir ce rôle dans la réalité. C'est assez son style.
Par contre je ne sais pas si une photo de ma/ta mère (pour les pères ça marche aussi) à 60 ans est représentative de notre génération à 50 ans. A mon idée nous sommes bien plus jeunes ( mieux conservés) maintenant, leur vie a été plus difficile physiquement il me semble....
Mais je me trompe peut-être.

5. Le mardi 25 mai 2010, 15:59 par Akynou

Julio. Mais mon personnage ne détruit rien du tout, bien au contraire. La rencontre n'est pas un échec. En tout cas je ne l'ai pas écrite comme cela. Tu peux le lire de différentes façons : la femme peu sûre d'elle qui éprouve le besoin de répéter la scène, le miracle, c'est qu'elle devine ce qui va se passer ; la femme un peu sorcière qui sait ce qui va se passer. Ou la femme qui a tellement l'habitude de ce genre de rencontre qu'elle peut tout prévoir. Mais qui tout de même, garde l'espoir que ce soit bien, cette fois. Et l"histoire ne dit pas si ce sera bien ou pas.
En fait, j'avais imaginer une fin plus triste, mais je n'ai pas eu le temps de l'écrire. C'est aussi bien. Au moins, je ne tranche pas. Le narrateur est spectateur, témoin, il ne décide rien. Il voit, il raconte. De toute façon, quand j'écris, je sais rarement comment ça va finir.

Anne : oui, j'ai beaucoup pensé à Traou en écrivant cela.

Anna : je ne connais pas Pratchett :-(

Lyjazz : oh mais je connais des femmes de soixante ans et plus qui sont bien conservées, actives, et qui n'ont pas eu de problèmes particuliers dans leur vie. La guerre était finie quand elles sont nées :-) Après, tout dépend du milieu dans lequel elles ont grandit. J'ai une de mes collègues notamment, qui va prochainement partir à la retraite. Nous avons 10 ans d'écart exactement. Question présentation, façon de s'habiller, préoccupations, etc. tu ne peux pas dire qu'il y a une génération entre nous deux. Physiquement, peut-être. Et encore…

6. Le mardi 25 mai 2010, 16:00 par Akynou

Cela dit, oui, pour les femmes de vingt ans de plus que nous (enfin que moi), c'est probablement vrai ce que tu dis. Alors on va dire que mon histoire se passe dans dix ans ;-)

7. Le mardi 25 mai 2010, 18:53 par Anna

Pratchett a écrit toute une série dans un monde de Fantasy qui s'appelle le Disque-Monde. Il a un personnage de voyante qu'il met en scène de temps en temps, mais elle n'a pas la prémonition aussi efficace de ton personnage ; elle se contente de répondre à la question juste avant qu'on la pose. Ça donne des dialogues assez surréalistes.