L’adolescence n’est pas qu’un âge à problème. C’est aussi une période où l’on trouve plein de bonnes idées pour améliorer son confort quotidien et passer du bon temps. Il faut bien le reconnaître, certains ados sont très doués pour cela, même s’il nous pourrissent un peu la vie, parce que leur idée du confort n’est pas précisément la nôtre. Ou plutôt que les moments où ils décident de la mettre en œuvre tombe systématiquement quand nous avons besoin d’eux.

Mais, plutôt que de se mettre la rate au cours bouillon, ce qui n’est jamais sain, on peut aussi tirer quelque bénéfice de cette situation. Quand ma fille prend un bain, généralement au moment le plus inadéquat de la journée, elle installe tout son petit matos : l’ordinateur sur une étagère, les différents savons dont elle a besoin à portée de main, des choses qui sentent bon dans l’eau… elle est prête pour un long moment de détente. Pourquoi l’ordinateur ? Mais pour regarder sa série préférer, ou un film. Ou encore écouter de la musique.

Franchement, moi, je n’aurais jamais pensé installer mon portable dans la salle de bains. Mais après tout, pourquoi pas. Je lis bien dans mon bain, moi. Ce qui m’a entraînée plusieurs fois jusqu’à des heures indues. Pourquoi ne pas regarder un film ? D’autant que j’ai peu de temps pour visionner quoi que ce soit. Autant en profiter. C’est ainsi que, depuis quelques jours, je prends un bon bain chaud, le soir, en regardant un épisode de la saison 7 de Grey’s anatomy. Et c’est juste un parfait moment de pur plaisir gratuit. Le meilleur.

Cet épisode parle de la responsabilité des médecins. Et la voix off, celle de Meredith, explique : « On est responsables de nos patients. Le problème est qu’on donne tout au travail. Dans nos vie, on ne peut pas réfléchir. On ne fait pas le meilleur choix. On fait ça toute la journée à l’hôpital. Quand on doit faire un truc pour soit, on n’a plus rien. Est-ce que vaut la peine d’être responsable ? Si vous prenez bien vos vitamines, que payez vos impôts à l’heure, que vous ne franchissez jamais la ligne, l’univers vous donne ceux que vous aimez puis leur permet de filer entre les doigts, comme de l’eau. Que vous reste-t-il ? Les vitamines, et rien d’autres…»

Mon père racontait cela autrement. Mais c’est encore une histoire de médecin. A un patient qu’il suivait parce qu’il était atteint d’une saloperie de maladie, un spécialiste avait recommandé de ne plus fumer, de ne plus boire et de ne plus baiser.
– Et vous croyez que je vivrais plus longtemps, docteur ?
– Ah ça, je ne sais pas. Mais la vie va vous paraître beaucoup plus longue.

Je pense qu’on a tout à gagner à observer et à imiter, parfois, nos adolescents.