Ce dont je veux me souvenir

De notre rencontre.

C’était lors d’un de mes premiers Paris Carnet. J’étais encore toute timide participante n’osant pas aller vers les autres. Et c’est lui qui est venu vers moi. Je l’ai d’abord pris pour son frère, Benoît, que j’avais croisé la fois précédente avec le même accueil chaleureux. Mais de les voir côte à côte a dessillé mon regard. J’ai aimé sa gentillesse, son élégance, son rire tellement joyeux, léger… Il a fait parti des gens pour qui m’ont fait revenir, mois après moi, dans ces rencontres blogosphériques.

8244.jpg

De la première rencontre avec ma sœur

Luce passait une quinzaine de jours à Paris, chez moi, pour un examen. Et aussi reprendre des contacts car elle voulait rejoindre la région parisienne. Elle bloguait déjà depuis quelques temps, mais n’avait jamais pu venir aux Paris-Carnets. Donc je l’y ai emmenée. C’était une fête. J’étais vraiment heureuse de l’y amener. Mais sans savoir que cela ferait basculer sa vie. C’était dans un petit bistro, tout petit, dans un coin pas facile d’accès, mais sympa. Il y avait Vroumette, Martine, Kozlika sans doute, je me demande si Sacrip’Anne n’était pas là non plus, mais si elle est venue, elle est repartie tôt. Il y avait François. Qui n’a guère quitté note table et qui s’est immiscé sur la photo… Déjà, il me semblait qu’il portait un certain intérêt à Luce et cela m’amusait beaucoup. Pensez donc, deux familles de blogueurs s’alliant : la fratrie des Granger et la “sororerie” des Colmant…

Paris Carnet

Du pique nique au parc Floral

Parce qu’il est devenu clair qu’il avait pour ma sœur plus qu’une inclination. François n’a pas quitté Luce de la journée.

444.jpg

De la naissance de Louise

Et de son ravissement devant sa merveille

Du côté de chez Louise


De la dernière chanson que nous avons écouté ensemble
C’était Ne me quitte pas, interprétée par un jeune mec qu’il attendait au tournant parce qu’il pensait qu’il allait assassiner la chanson. Mais qui l’a eu par surprise

De choses et d’autres
De sa présence, au côté de ma sœur, quand j’ai traversé ma tempête, de son soutien indéfectible. De ses silences, de ses sourires, de son rire encore, de sa voix, de son regard ironique.

Et je crois que je vais m’arrêter là.

Adieu François.

Commentaires

1. Le jeudi 7 juin 2012, 20:40 par Sacrip'Anne

Oui j'étais là :-) Je me souviens très bien de cette soirée même si en effet elle a été courte pour moi. Et toi, tu a un talent de marraine de rencontres, une présence qui porte chance aux inclinaisons à venir.

Il est beau ton billet, il lui ressemble et il te ressemble. Ça fait pleurer et sourire de le lire.

2. Le jeudi 7 juin 2012, 20:49 par Oxygène

Je l'ai rencontré moi aussi à Paris Carnet, avec Luce. Une photo en est restée, éclatante de leur amour.Grande tristesse. ce soir.

3. Le jeudi 7 juin 2012, 21:04 par julio

Beaucoup de témoignage pour François sur la toile ! Espérons que Luce nous parle encore de lui. Bien sur quand les forces et le désire de parler lui vienne !

4. Le jeudi 7 juin 2012, 22:20 par samantdi

Je pense beaucoup à vous tous. La mort touche de plein fouet les proches et n'en finit pas ensuite de faire des cercles concentriques de chagrin, de tristesse... Je pense à toi, je sais que tu vas être là, avec les filles, tout près de Luce et de la Merveille. Mes pensées vous accompagnent et je vous embrasse.

5. Le jeudi 7 juin 2012, 23:09 par Otir

C'est fou l'impact qu'il a eu sur nous - je parle pour moi qui ne vous ai tous rencontrés que de la sorte : par les récits, par les photos - par les échanges. Une authenticité qui fait que je pleure François comme si nous nous étions encore parlé dimanche dernier, lorsque nous avons tous les deux checked in Foursquare.

Merci pour cet hommage. Adieu François, à jamais dans nos coeurs et nos mémoires.

6. Le jeudi 7 juin 2012, 23:18 par Luce

Je voudrais bien qu'on m'envoies un mail avec tous les liens des textes qui lui, nous rendent hommage. Je les réunirai tous sur fais pas ta maligne. Tant de belles choses, justes ont été écrites. Et ces photos... Les photos me font pleurer chaque fois, plus que les mots...

7. Le vendredi 8 juin 2012, 13:08 par charlottine

Mes pensées vont vers vous , toi et tes filles qui êtes proches de Luce et de sa Merveille, qui êtes dans la peine , peut-on partager les bleus à l'âme ? Au moins dire tendresse et affection . Je vous embrasse , partage des bises très douces et une étreinte affectueuse avec Luce et Louise.

8. Le vendredi 8 juin 2012, 22:19 par Lyjazz

C'est vrai que les liens virtuels sont parfois aussi forts que les liens réels.
Je ne le connaissais qu'en photo, qu'en mots par ci et par là.
Mais c'est lui qui, je m'en souviens, m'a indiqué d'aller rejoindre Gandi pour créer un blog, alors que je cherchais je crois sur le site de Kozlika. Sa réponse était précise et sûre. J'ai reconnu le geek serviable et humain, professionnel.
Je lui ai fait confiance.
Et pourtant il y avait peu de mots dans ce message.
Depuis hier je lis des textes très fort sur cet homme disparu.
Je salue ici sa mémoire, et toute sa famille aussi, bien entendu.