Hier matin, j’ai été réveillée à 8 heures du matin par une bétonneuse. Sous ma fenêtre. Cela fait un mois que la maison en face est en travaux. Un mois que du matin au soir, quand je suis à la maison, j’entends les ouvriers se héler, se raconter des vannes idiotes, faire tomber des objets lourds dans leur camion, monter, démonter… La bétonnière, c’était la cerise sur le gâteau.

Le fait est que depuis quelques temps, je dors mal. Enfin, je m’endors mal. Rarement avant 3 heures du matin. Du coup je dors peu. Je deviens agressive. C’est ma fenêtre qui en a fait les frais. Je l’ai un peu claquée. Un peu. Pas très fort. Mais le carreau du haut s’est brisé. Il faut dire aussi que mes fenêtres sont de la merde. Pas isolées, laissant passer le froid et parfois la pluie. Le bruit à tous les coups. Le carreau devait avoir un pet, il s’est écroulé sur mes vêtements.

Du coup, je suis descendue râler en bas. Mais cela n’a pas changé grand chose. La bétonneuse a continué à tourner. Et la brouette à grincer chaque fois qu’elle était poussée sur la planche qui la menait dans la maison. L’après-midi, j’ai décidé d’essayer de récupérer en faisant une sieste. Qui n’a pas duré longtemps. Les ouvriers ont décider de nettoyer le bac à béton à grand coup de pelle. Toujours sous ma fenêtre bien sûr, pas devant chez eux. J’ai failli en casser l’autre carreau.

Du coup, ce matin, direction Leroy Merlin pour acheter des vitres. S’il y a quelque chose que je déteste faire, c’est bien remplacer des vitres. Je sais le faire. Je l’ai déjà fait. Je n’en suis pas à mon premier carreau cassé. Donc j’ai acheté les carreaux (deux parce qu’une vitre de la chambre des filles est cassé). Et ils sont restés sur mon lit parce que j’ai eu la flemme de les poser. Je ne suis même pas montée dans ma chambre, alors que j’y passe le plus clair de mon temps. J’ai préféré comater devant les championnats de France d’athlétisme. Ce genre de plan est parfait pour l’estime de soi. Je suis très douée pour ça.

Au point que demain, j’ai l’intention de continuer. Je vais aller chez Ikea pour acheter des planches pour équiper le dressing de ma fille. Mais ça m’étonnerait que je monte quoi que ce soit dans l’après-midi.

Je n’étais pas très vaillante ces derniers mois. Mais depuis trois semaines, je suis bloquée. Je ne fais que ce que je suis obligée de faire… mais le reste… je ne procrastine même pas. Je me suis juste arrêtée. Il va falloir que je retrouve la marche avant rapidement. Parce que je ramasse les désagréments à la pelle.

Par exemple, ce soir, c’est le repas du quartier. Je n’y vais pas. Passé les dix premières minutes où on m’adresse la parole par politesse, je m’y emmerde à 100 sous de l’heure. Mais là, en ce moment, à plus de 2 heures du matin, les festivités battent leur plein et j’ai droit à Abba à fond les ballons. Fermer ma fenêtre n’y changera rien. Je n’ai pas remplacé le carreau. VDM.

En attendant, il y a des fleurs dans mon jardin… Mais pour le moment, elles dorment, elles…

2012-06-27-21-10-35.jpg